La Terre Creuse

Le 19 Février 1947, l'explorateur américain, l'Amiral Richard Byrd de la Navy américaine, s'envole pour le pôle Sud. On dit qu'à son retour, il écrivit ce qu'il avait vécu. Pour les théoriciens, les notes de Byrd représentaient la preuve qu'il avait trouvé l'entrée du Centre de la Terre...

Le livre "Les mondes au-delà des Pôles" de Amadeo Giannini et "La Terre creuse" par le docteur Raymond Bernard - déclarant que Byrd aurait en fait volé, non pas au-dessus des pôles Nord et Sud, mais à l'intérieur des grandes cavités qui mènent à l'intérieur de la Terre. D'après Giannini, Bernard et Palmer, Byrd annonça en Février 1947, avant un vol supposé à 2750 km (1700 miles) au-delà du Pôle Sud : J'aimerai voir cette terre au-delà du pôle. Cette région au-delà du Pôle est le centre du Grand Inconnu. Giannini, Bernard et Palmer déclarent également que, lors du vol supposé de Byrd au-dessus du Pôle Sud en Février 1947, celui-ci rapporta par radio qu'il vit en-dessous de lui non pas de la glace et de la neige, mais des zones de terre constituées de montagnes, forêts, végétation verdoyante, lacs et rivers et, dans la broussaille, un animal étrange qui ressemblait à un mammouth.

La théorie de la Terre Creuse, consiste à dire que le centre de la terre est un espace vide, et que des gens ou des créatures peuples cette zone. Ces êtres sont à l'origine des histoires de trolls. Il y aurait un réseau de tunnels et de grottes qui forment les veines de la Terre, et l'entrée serait en Antarctique, au pôle Sud. Cependant, il paraîtrait que la législation américaine interdit à tout citoyen d'explorer ces grottes afin que le centre de la Terre ne soit jamais atteind...

 PLANÈTE CHOC - Les Théories Du Complot > Les Zones Top Secret

 Terre creuse : Un Trou au Pôle ?

À force de vouloir nous montrer l'effondrement de la calotte glacière en arctique, pour que rentre dans nos têtes "creuses" l'idée du réchauffement climatique, les responsables des images satellites du pôle nord vont finir par nous montrer le véritable trou polaire.

Voyez plutôt ces trois clichés passés sur la chaîne LCI le 16 septembre 2007, lors d'un court reportage, en fin de journal, à 1h11 du matin. Le trou n'est pas encore visible, caché par la pastille noire habituelle, mais l'effondrement de la croûte terrestre à la bordure du trou polaire est largement apparent. S'agit-il une fois de plus d'une illusion d'optique ? À ce jour, et à ma connaissance, ce sont les trois images officielles les plus parlantes jamais diffusées. C'est assez extraordinaire, non ? En outre, cette "cassure" par endroit ressemble aux rares images de la navette (voir TSHS01). Notez au passage le bandeau bleu de la date de diffusion qui cache la véritable date du cliché.

 LCI - TOP SECRET n°33 > Octobre/Novembre > 2007

 Complément d'informations sur la Terre Creuse

Cher monsieur, en complément de votre numéro Hors Série sur la Terre Creuse, voici quelques commentaires et réflexions... La carte de Mercator, créée en 1569 (->).

Il y a trois ans environ, après avoir lu le chapitre I du livre "l'empreinte des Dieux" ; j'ai recherché d'anciennes cartes où l'on pouvait peut-être voir le trou au pôle. Nous sommes allés, ma compagne Lara et moi-même, à la bibliothèque de Bordeaux et, dans un ancien livre rempli de grandes cartes remontant au Moyen-âge, nous avons trouver une carte de Mercator présentant le trou avec une montagne au centre et quatre fleuves se déversant dans l'Océan Arctique.
J'ai voulu savoir sur Internet avec un ami si nous pouvions trouver autre chose d'important. Sur un site nous avons pu voir que l'armée utilise d'anciennes cartes du XVI' siècle d'Orance Fine représentant le pôle avec des terres entourant le trou, très détaillées, libres de glace avec montagnes, fleuves, etc...
Après avoir lu que l'armée utilisait ces anciennes cartes détaillées pour compléter ce que les satellites ne lisent pas sous 1500 mètres de glaces, j'ai découvert que ces cartes se trouvaient à la Bibliothèque Nationale de Paris. Lorsque j'ai voulu les voir, "top secret" s'est affiché sur l'écran.
Il faut savoir tout de même que le célèbre géographe du XVI' siècle Mercator était le disciple d'Orance Fine.

Voici la traduction du texte latin de la carte : Sur la description ci-jointe du pôle Nord :
Comme notre tableau ne pouvait être étendu jusqu'au pôle et les degrés de latitude se prolongeant indéfiniment, nous avons jugé nécessaire de reprendre ici la fin de notre description et de rattacher tout le reste au pôle. Nous avons choisi la figure qui convenait le mieux avec cette partie du monde et qui était capable de reproduire la situation et l'aspect de ces contrées comme sur une sphère. Pour ce qui est de la description, nous l'avons trouvée dans l'Itinéraire de Jacob Croyen d'Hertogenbosch (Nederland) qui cite certains des hauts faits d'Arthur de Bretagne ; mais pour l'essentiel il la tient d'un certain prêtre qui vivait chez le roi de Norvège en 1364. Il était descendant, au 4' degré, de ceux qu'Arthur avait envoyés habiter ces îles et rapportait qu'en l'an 1360, un certain mathématicien anglais d'Oxford était venu dans ces îles ; les ayant quittées et étant parti vers des terres plus lointaines, il avait tout décrit et pris les mesures au moyen d'un astrolabe comme nous l'avons trouvé dans Jacob. Il disait que l'eau de 4 détroits était entraînée avec une telle violence vers un tourbillon intérieur que des vaisseaux, une fois engagés, ne pouvaient rebrousser chemin, sous l'effet d'aucun vent ; et que d'autre part, jamais à cet endroit le vent n'était assez fort pour suffire au transport de quantités de blé (?). Giraud de Cambrai donne des indications semblables dans son livre sur les merveilles de l'Irlande. Il écrit en effet : Non loin des îles du côté du Nord, il y a dans la mer une sorte de tourbillon prodigieux vers lequel affluent et se rassemblent de toutes parts, venant de lieux reculés, tous les flots de la mer. Se déversant dans les recoins secrets de la nature, ils sont là comme engloutis dans un abîme ; et si d'aventure un navire vient à passer devant ce gouffre, il est frappé, entraîné avec une si grande violence qu'aussitôt sa puissante voracité l'aspire irrévocablement.

 Pierre C. - TOP SECRET n°27 > Octobre/Novembre > 2006
 
   

Copyright © 2007 - C.S.M.